5 questions à… David Fayon

 

1) Qui êtes-vous ?

Je suis tombé dans la potion numérique étant petit (premier ordinateur en 1981, premier mél en 1989, première utilisation des réseaux sociaux en 1999). J'ai fait coïncider ma passion de l'informatique avec mes études (Télécom ParisTech, Université Pierre et Marie Curie, IAE de Paris). Après avoir travaillé notamment chez Alcatel et France Télécom, j'ai occupé plusieurs fonctions au sein de La Poste (directeur marketing de ColiPoste, directeur de projets à la direction financière et à la direction du système d'information, responsable prospective et veille pour trouver des relais de croissance) avec toujours l'approche du numérique en transverse. Parallèlement, j'ai toujours effectué une veille active sur le numérique en étant également conférencier et formateur de dirigeants pour les aider à intégrer dans leur stratégie la dimension 2.0. Après avoir travaillé de 2014 à 2017 dans la Silicon Valley tout en menant parallèlement une thèse sur la transformation digitale des banques, je conduis depuis lors le programme d'innovation ouverte avec des start-up et PME innovantes Time To Test pour La Poste.


2) Quel est le thème central de ce livre ? 

Il s’agit pour les cadres des entreprises et plus généralement de tout type d’organisation – après description des enjeux et de la typologie des entreprises face au numérique – de leur offrir les outils nécessaires et pragmatiques pour leur permettre de mesurer leur niveau de maturité numérique à un instant donné. Ceci permet de les situer par rapport à leurs concurrents, clients, fournisseurs. Ils peuvent ainsi alimenter leur stratégie selon les buts qu’ils poursuivent : développement de chiffre d’affaires, amélioration de la relation client, recrutement, etc. L’objectif est d’aider les entreprises dans leur transformation digitale pour n’être ni ubérisées ni kodakisées dans leur processus d’innovation et de creation de valeur.


3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? 

Nous pourrions tout simplement reprendre les « épitweets » qui illustrent un extrait marquant de chacun des interviews des 23 personnalités du digital qui ont témoigné au fil des pages du livre. On pourrait citer par exemple Yves Tyrode, Directeur Général du Digital de BPCE « Le principal enjeu des patrons du digital est de devenir des patrons de la data dès lors que la première étape de la transformation digitale est réussie. » ou encore Laurence Paganini, DG de Kaporal « Dans un monde où l’innovation s’accélère, ce qui me tient à cœur c’est de transformer plutôt que de révolutionner et de préparer l’entreprise à l’accueil de la disruption. »


4) Si ce livre était une musique, un tableau, une sculpture, quel(le) serait-il/elle ? 

Je ne suis pas aussi érudit que Michaël en matière musicale qui se produit au Stade de France (concert Rockin’1000 le 29 juin 2019). Toutefois, j’opterai pour la symphonie du nouveau monde (nº 9 d’Antonin Dvořák). Même si la musique reste classique, les envolées lyriques et la puissance qui se dégage dénotent le changement. C’est d’ailleurs sur ce continent qu’est née la révolution numérique avec IBM, Apple, Microsoft, Amazon, Google, Facebook que l’on appelle les GAFAMI suivi des NATU. Et ce changement bouleverse la société d’alors et les entreprises en particulier qui doivent se mettre au diapason pour que leur transformation digitale concilie les 6 leviers que nous avons identifiés, expliqués et outillés.


5) Qu'aimeriez-vous partager avec les lecteurs en priorité ?

Je suis convaincu que le numérique change le monde et que nous vivons la 4e révolution, celle des données, après les révolutions agricole, industrielles et celle des services. J’aime interagir avec les lecteurs pour enrichir la réflexion dans une vision collaborative et constructive à l’image du modèle de maturité digitale que nous proposons dans le livre. Chacun d’entre nous détient des pièces du puzzle du digital. Il s’agit d’une version bêta permanente où l’enrichissement de chacun est précieux à chaque instant de façon à assurer sa pertinence, sa robustesse et sa pérennité.