5 questions à... Philippe Silberzahn

 

1) Qui êtes-vous ?

Je suis professeur à EMLYON Business School, spécialisé en innovation et entrepreneuriat. Avant cela, j'étais chef d'entreprise dans le secteur logiciel/télécom. J'ai vécu l'innovation de rupture à la fois comme innovateur  - mon entreprise commercialisait une solution logicielle innovante, et comme partenaire et fournisseur, car nos clients, le secteur électronique et télécom, était lui-même confronté à de nombreuses ruptures.


2) Quel est le thème central de ce livre ?

Le livre s'attache à expliquer pourquoi les entreprises échouent face à l'innovation de rupture. Elles sont confrontées à un dilemme : soit elles adoptent la rupture, auquel cas elles compromettent leur activité actuelle sans pour autant être sûres que la rupture réussira, soit elles ignorent cette dernière et prennent alors le risque de laisser passer une opportunité, ce qui les condamne à terme.


3) Quelles sont les idées fortes ?

Ce livre contient trois messages-clés :

- L'échec face à une rupture n'est pas dû à un aveuglement, à l’ignorance, ou au manque de créativité des collaborateurs. Il est dû au conflit qui existe entre l’activité actuelle, importante et prévisible, et l’activité future, encore incertaine.

- Le modèle d’affaire, qui reflète l’identité de l’organisation, détermine quelles sont les opportunités qui sont attractives et celles qui ne le sont pas. Parce qu’elles nécessitent un modèle d’affaire nouveau, donc différent de leur modèle actuel, les ruptures ne sont pas attractives pour les organisations existantes.

- La solution réside, notamment, dans la création d’entités autonomes pour y loger les projets de rupture afin de protéger ces derniers du modèle actuel.


4) A qui s'adresse cet ouvrage ?

Il est destiné à tous ceux qui sont en charge de rendre leur entreprise plus innovante, au premier rang desquels, bien sûr, les dirigeants et membres de la direction générale. L’innovation de rupture ne peut réussir sans eux et cela nécessite l’acquisition d’un vocabulaire et l’établissement d’un diagnostic communs au moyen de concepts partagés.
L’ouvrage s’adresse également aux innovateurs et responsables de l’innovation eux-mêmes. Ils y trouveront un guide conceptuel pour les orienter dans leur démarche, comprendre les difficultés qu’ils rencontrent, les raisons de l’hostilité ou pire, de l’indifférence dont ils font l’objet, et dessiner des solutions.
Il intéresse également les consultants travaillant aux côtés des entreprises confrontées au dilemme.
Enfin, il s’adresse aux étudiants qui seront immanquablement confrontés eux aussi à ce dilemme dans les entreprises qu’ils rejoindront ou qu’ils créeront.


5) Quels conseils souhaiteriez-vous prodiguer à vos lecteurs ?

Méfiez-vous des préceptes du « bon » management. Tout ce qui fonctionne en situation normale, comme l’orientation client, l’analyse concurrentielle, l’investissement rationnel sur les chiffres, et le recrutement des talents, amène à l’échec en situation de rupture. En effet, la situation de rupture appelle non pas à une amélioration de l’activité actuelle, mais à l’invention d’une nouvelle activité. C’est pour cela que les entreprises existantes trouvent cela si difficile.