Le guide de l'auto-coaching pour les femmes

Le guide de l'auto-coaching pour les femmes

Dépassez vos blocages en 21 séances !
 paratre



Entrepreneuriat, usage des réseaux, négociation, poste élevé dans la hiérarchie… voici quelques domaines dans lesquels les femmes ne sont pas toujours à l'aise. Pour surmonter ces freins spécifiquement féminins, il faut apprendre à avoir confiance en soi, ne pas avoir peur de déranger ni de poser des questions, savoir insister, savoir dire non, réagir aux critiques et aux attaques, s’affirmer, recevoir un compliment, réagir en situation de conflit. Autant de comportements qui concernent autant la vie privée que la vie professionnelle.

S’exprimant à la première personne (ce qui rend la lecture plaisante et met en confiance), l’auteur raconte des situations réellement vécues, avant de les analyser.

L’ouvrage s’ouvre sur un test en 50 questions pour dégager son « profil » et identifier les points à travailler. Puis il se déroule en 21 séances d’autocoaching, pour réussir à prendre plus facilement la parole, se mettre en valeur de manière positive, réussir son départ en congé maternité (et son retour !), apprendre à dire non, poser ses limites ou parler d’argent avec plus d’aisance. Chaque séance s’appuie sur une base théorique, des exemples concrets, ainsi qu’un ou plusieurs exercices pratiques, des outils et des plans d’action.

Dans le passage sur les réseaux féminins, ou comment utiliser les réseaux féminins à bon escient, l’auteur explique ainsi en détail comment se mettre dans la bonne disposition d’esprit, s’adapter à l’esprit réseau, savoir sélectionner les réseaux qui seront le plus utiles (réseaux internes, réseaux
externes, réseaux verticaux, réseaux horizontaux, réseaux mixtes parfois), comment faire ses premiers pas. Elle pose la question de l’intérêt de devenir ou non un membre « actif » et de se lancer soi-même dans l’organisation d’événements ou la création de son propre réseau en fonction de ce que l’on recherche, détaille comment mettre des personnes en relation, et quels bénéfices peut-on réellement en attendre.

Un exemple : savoir distinguer ses besoins réels Sylvie souhaite une augmentation, ce qu’elle a identifié comme un problème. Elle prépare son entretien avec son coach, et obtient son augmentation. Elle pense alors avoir atteint son objectif.
Mais trois mois plus tard, elle revient pour lui demander de l’aider à avoir une nouvelle augmentation… Il apparaît alors clairement que Sylvie a plus besoin de reconnaissance et de perspectives professionnelles davantage que d’argent.



Sur cette thématique nous vous recommandons :